Quartiers et péripherie

Bordeaux : ses quartiers, sa périphérie : présentation générale

La ville de Bordeaux s’organise autour de trois grands espaces : le cœur de la vieille ville, ses anciens faubourgs et ses quartiers extérieurs. Chacun de ces espaces abrite des quartiers dont la population et ses activités dominantes forgent l’identité. Tour d’horizon.

La vieille ville de Bordeaux résulte de l’héritage moyenâgeux et se trouve délimitée par les anciennes fortifications qui protégeaient la ville. À son extrémité est, les contours de la vieille ville sont fixés par les berges de la Garonne, tandis qu’à l’ouest les anciens murs de la ville ont fait place à de grands Cours : Cours de Verdun, Cours Clemenceau, Cours Aristide Briand, Cours de la Marne.
Le cœur historique de la vieille ville se trouve articulé autour de deux grands axes : l’axe nord-sud (reliant le Grand Théâtre à la Place de la Victoire) que constitue la rue Sainte-Catherine (rue piétonne et commerçante de 1300m) et l’axe est-ouest, matérialisé par le Cours Victor Hugo et prolongé sur la rive gauche par le Pont de Pierre. La partie située au nord de cet axe (Hôtel de Ville, Gambetta, Saint Pierre, Quinconces) est plutôt aisée avec ses restaurants chics, ses boutiques de luxe, ses établissements bancaires et ses hôtels («  Triangle d’Or » de Bordeaux). La partie située au sud (Victoire, Saint-Michel) est davantage estudiantine, notamment autour de la Place de la Victoire, et regroupe un habitat de classes moyennes.
Le coin sud-est de la vieille ville se démarque du reste par des populations aux revenus plus faibles. Les anciens faubourgs bordelais se situent à l’extérieur des anciens murs et sont délimités par les grands boulevards. Au nord, on compte trois grands quartiers : le Grand Parc, les Chartrons et Saint-Seurin.
À l’ouest, on ne peut pas manquer le quartier Mériadeck, souvent décrié pour son architecture moderne ; il abrite non seulement des services administratifs (Communauté Urbaine de Bordeaux, Conseil Général, services du Trésor Public…), mais aussi un grand complexe commercial et des équipements sportifs et culturels (Bibliothèque, patinoire,…).
Au sud, il faut différencier certains faubourgs aux revenus aisés comme le quartier Saint-Genès vers l’ouest, et d’autres vers l’est aux revenus plus modestes (quartier Belcier, Nansouty, Saint-Jean).
De façon globale, le nord de Bordeaux, vieille ville et faubourgs compris, présente des populations beaucoup plus aisées qu’au sud, dont l’image souffre du nombre important de sites industriels.

La périphérie de Bordeaux s’étale à la fois sur la rive droite et la rive gauche. Sur la rive droite, il s’agit du quartier de la Bastide et de Benauge. Le développement de ces quartiers s’est toujours fait de façon un peu isolée du reste de la ville. L’arrivée du tramway et les plans de rénovations (pôle universitaire, bâtiments résidentiels, nouvelles Zones d’Activités Commerciales, nouveau pont Bacalan-Bastide) ont permis de redynamiser ces quartiers jusque là en friche.
Sur la rive gauche se situent les quartiers de Bordeaux-Lac et de Caudéran. Le secteur de Bordeaux-Lac est composé pour l’essentiel de bureaux et de centres commerciaux. Crée sous Chaban-Delmas dans les années 1960, ce quartier, jugé peu attractif car trop excentré, a su bénéficier de l’arrivée du tramway pour se redynamiser.
Enfin, Caudéran, rattaché à Bordeaux depuis 1965, se distingue par son calme, sa population très aisée et sa verdure, grâce à la présence du Parc Bordelais, plus grand espace vert de la ville.
 
Alexandre Hiélard

 

Réagir à cet article

SPIP - Valid XHTML - Valid CSS